Alouit.fr

Menu

Internet c’était la culture, … mais çà c’était avant !

Serveur laposte planté
Internet c’était la culture, … mais çà c’était avant !
4.7 (93.33%) 3 votes

Internet: Le virage du e-commerce est en cours

Internet est en train de basculer dans le monde du ecommerce, la culture par les boutiques, comme nos centres commerciaux visités le Samedi et le Dimanche pour se « cultiver » avec des vêtements, avec les derniers gadgets à la mode. Le boulevard Saint Michel de Paris, a perdu 75% des librairies au profit de magasins de vêtements pour la plupart.

Depuis plusieurs mois Google et les autres basculent dans le ecommerce et comme Google c’est à 90% la porte d’entrée sur le web, imaginez la puissance de frappe. Imaginez une armée qui à elle toute seule représente 90% de toutes les armées occidentales !

Google innove depuis plusieurs mois vers le ecommerce

et cela s’accélère, rien que cette semaine Google annonce :

  • Livraison gratuite (en Californie pour le moment)
  • Un comparateur de produits (payant depuis 15 jours)
  • La prise en compte obligatoire des mobiles (Smartphones et tablettes) dans la pub
  • L’annonce de favoriser les bons sites de ecommerce (c’est quoi un bon site de ecommerce ?)

Et, bonjour la boutique duchmole.com en première page.
Connaissez-vous encore des libraires dans les centres commerciaux ?

Un peu d’histoire d’internet

Phase 1: Les militaires

Après avoir repris l’étude d’un mathématicien Français qui proposait le postulat suivant: j’appuie sur un bouton pour allumer une lampe à l’autre bout du monde, comment je sais que cette lampe est allumée ? C’est là qu’il jette les bases du dialogue sur les fils électriques. C’est ce qu’ ont repris les américains au sein du projet ARPA, en le sécurisant avec l’adjonction de routeurs non obligatoires. L’internet et né et la première application durable est le courrier (email).

Phase 2: les scientifiques:

Les scientifiques cherchaient un mode de diffusion universel pour leurs publications, c’est là que le CERN inventa le WEB (www), le langage html qui permet de présenter des textes avec des liens vers d’autres textes (hypertexte).

Phase 3: les sites internet

Les sociétés, les particuliers (mon premier site internet en 1996) , les associations, et l’administration commencent à envahir le web en développant leur site internet. C’est l’explosion du web.

Phase 4: le site le plus pertinent en premier

Google est né d’un soucis de pouvoir classer « correctement » les sites internet, il invente la notion de pertinence. En gros, quelque soit la technique employée par Google (pagerank, seo, …) le but est de présenter les sites dans l’ordre décroissant de pertinence. La pertinence étant assurée par le comportement des internautes (visiteurs de sites internet).

Phase 5: le commerce prend le dessus

Maintenant que le grand public arrive en masse sur le web notamment avec les smartphones, et qu’il n’a plus peur d’acheter sur le net, d’autant plus que c’est moins cher sur le net, et que la crise est là. Le comportement bascule vers le commerce. Un peu comme nos rues qui perdent leurs librairies au profit de boutiques de vêtements, nos centres commerciaux qui remplacent leurs papeteries et leurs libraires au profit de magasins de vêtements, de magasins de chaussures. ..Cette transition vers les boutiques arrive à grande vitesse sur internet.

Conclusion

Il est fort probable que cette génération presse bouton (smartphone) prenne le dessus sur toutes les autres activités sur le web. Donc on peut en conclure que les premières réponses sur Google ne seront que des boutiques quand un internaute recherchera un lieu ou un objet. Adieu les sites d’informations comme Wikipedia et les journaux, qui seront cantonnés à ne fournir que des réponses qui n’ont pas de ventes en face (la politique, l’espace…).
Les sites internet actuels devront basculer vers le ecommerce s’ils veulent toujours être en première place sur les réponses des moteurs de recherche.

A qui la faute ?
A Google ? Non, Google ne fait que suivre les internautes qui actuellement recherchent de plus en plus la bonne affaire, le dernier gadget à la mode et délaissent la culture. Comme dans la « vraie » vie…